Poésies

Le petit prince sanguinaire


Me promenant dans un jardin de ma ville
J’ai croisé un gosse, fardé, mais pas en civil.
Il portait un treillis et un pantalon kaki
Quel drôle de déguisement pour un si jeune enfant !

L’enfant s’approche de moi et me demande :
« S’il te plaît, monsieur, dessine-moi un militaire. »
L’enfant serait-il un petit prince sanguinaire ?
N’ayant qu’un seul désir, celui de partir en guerre.

Non, je ne te dessinerai pas un militaire !
Les militaires, c’étaient les dictatures, en Argentine, au Chili.
Ce sont aussi les guerres entre l’Irak et l’Iran
Mais aussi en Serbie et en Afghanistan.

Et puis, si je te dessine un militaire,
Il me faudra te dessiner l’armée entière,
Avec, bien entendu, tout l’armement,
Les chars, les canons et la bombe à neutrons.

Après, ton dessin, il est vilain.
Tu peux le barrer d’une croix.
La croix pour certains elle est gammée.
Moi, les militaires, je ne peux pas les aimer.

Si tu veux en voir, des militaires,
Allume donc ta télé, tu les verras défiler
Le menton droit,le regard fier,
Je crois que c’est le quatorze juillet.

Jean-Luc Pageon

Commentaires

Un referencement gratuit sur Google. Site référencé par Aquitaweb