Vie de quartiers

La Cité Fruges à Pessac

C’est une véritable révolution de l’urbanisme réalisée par les architectes Le Corbusier et Pierre Jeanneret, tant sur le plan architectural que sur le plan de l’habitat social, qui a été à l’origine de la construction de la cité jardin « quartiers modernes Frugès » entre 1924 et 1926.

Elle est le fruit de la rencontre de deux personnalités : un industriel sucrier, Henry Frugès et un architecte urbaniste Le Corbusier.

Henry Frugès, qui s’intéressait à toutes les innovations artistiques et architecturales du moment, acquit « une vaste prairie entourée de bois de pins pour y édifier une cité jardin » où il souhaitait loger ses ouvriers, dans un esprit paternaliste.

Charles Edouard Jeanneret, dit « Le Corbusier », urbaniste audacieux à l’esprit d’avant-garde, avait souvent abordé les problèmes liés à l’urbanisme, l’habitat collectif et les maisons standardisées. Grâce à leurs échanges et à la réflexion de Le Corbusier, qui adopta des principes strictement fonctionnels et des formes géométriques, simples et dépouillées, naîtra la cité Frugès-Le Corbusier, un vaste projet de 135 maisons, réparties en quatre secteurs. La composition s’inspire des plans des cités-jardins anglaises : hiérarchie, diversité et qualité des espaces urbains, les maisons viennent se poser comme des objets isolés aux formes pures.

Les deux architectes définissent un modèle standard, les éléments de constructions restent très basiques et tous identiques sur chaque cellule : ossature, fenêtres en longueur, escaliers assemblés intelligemment.

Le chantier débute en 1924, il permet à Le Corbusier de laisser libre court à ses talents d’avant-gardiste, jouant sur les volumes et la lumière : chaque façade d’immeuble est peinte d’une couleur différente ; le choix de la couleur est fait en fonction de l’intensité lumineuse et de l’exposition. A cause d’obstacles techniques et économiques, seuls 51 pavillons seront construits en 1926.

Les quartiers modernes Frugès revêtent une importance capitale sur un plan historique, du fait qu’ils sont la première cité de logements sociaux réalisés par Le Corbusier de même que son premier projet à grande échelle. C’est en termes de confort et d’esthétisme pour des logements modestes construits à cette époque, que l’architecte se positionna en véritable précurseur.

En se promenant dans les rues de cette cité, on peut découvrir les 50 habitations réparties en six modèles différents : arcade, gratte-ciel,zig-zag, quinconce, jumelle et isolée. La maison, située 3 rue des Arcades, est classée Monument Historique.

La Ville de Pessac a acquis une maison « gratte-ciel » , transformée en Maison municipale Frugès-Le Corbusier, ouverte à la visite et lieu de diverses expositions tout au long de l’année.

Commentaires

Un referencement gratuit sur Google. Site référencé par Aquitaweb