Concert/Musique

Kathy Rhodes, une chanteuse à textes sublime.

Kathy Rhodes, auteur-compositeur-interprète, fait elle-même ses enregistrements depuis qu’elle s’est installée à Bordeaux dans le quartier des Chartrons.
Née à Salisbury, dans le sud-ouest de l’Angleterre, elle est chanteuse à l’âge de 23 ans, après avoir étudié le piano classique. Arrivée en France en 2006, elle s’installe en Charente, dans une maison de campagne près de Barbezieux, où elle fait deux ans de conservatoire. Elle réside depuis 2012 à Bordeaux où elle adore chanter dans la rue.
Accompagnée d’une guitare et de sa voix douce et « trippy »,Kathy nous dévoile son florilège de compositions et de reprises folk/indie remplies de charme et d’élégance , ainsi que quelques textes plus percutants.

Les œuvres de Kathy sont « sublimes » ! C’est ainsi que les décrit le prolifique auteur et historien bordelais Dominique Lormier. On la compare souvent à des artistes comme Natalie Merchant et Patti Smith, mais malgré ces influences , elle se révèle un talent tout à fait exceptionnel.
Après 3 albums réussis , cette chanteuse atteint un public plus large lors de festivals et de concerts.
Son premier album, « Wild flowers », est un pastiche de morceaux écrits et enregistrés vers la fin des années 90.C’est un album solo rempli d’harmonies vocales et de tourbillons de solos de guitare de son fils , David Rhodes.
Quand Kathy ne se lance pas en solo, elle se mêle au mélange culturel de jeunes musiciens talentueux de Bordeaux. Elle a enregistré son deuxième album « Pompette » en 2014 avec Susan Xu ,une jeune chanteuse- pianiste de Shanghaï, dont les harmonies vocales et les riffs de piano gracieux capturent et renforcent les sentiments de la chanteuse.

Le dernier album de Kathy (août 2016), est provocateur dès le début avec son titre beatnik de « Howl », analysant dans 14 chansons originales , des émotions et des comportements humains, exprimant le malaise et la protestation contre la société moderne et projetant des sentiments d’amour, de frustration , le désespoir et l’incertitude. La réflexion « A little white dream »vise à mobiliser le public contre la cupidité et les grandes entreprises, en intervertissant avec une expression indigène nord-américaine : « Ce n’est que lorsque vous aurez coupé le dernier arbre et empoisonné le dernier fleuve , que vous vous rendrez compte que l’on ne peut pas manger de l’argent ». « Jaracanda avenue » exprime le souhait et l’objectif de faire ce que nous aimons plutôt que d’être un esclave conventionnel et moderne.
Vous pouvez écouter ses chansons dans les bars ,les restaurants, les marchés et les places publiques autour de Bordeaux et dans sa ville jumelle , Bristol. Cette chanteuse, engagée contre la pauvreté et l’injustice sociale, est de la veine des grands, dans la lignée de Joan Baez.

MPEG4 - 38.9 Mo

Commentaires

Un referencement gratuit sur Google. Site référencé par Aquitaweb