Poésies

Une balade irlandaise


Une balade irlandaise
Au bord des falaises
Avec Toi j’y viendrai souvent
Mon cœur poussé par le vent
En direction de la mer
Se laisser attirer serait moins amer
Que ce silence
Qui me lance !

Tu te fais carpe
Alors j’entends des harpes ;
Dois-je devenir Sirène
Pour que tu sentes ma peine ?

Ne décroches pas la Lune
Pour moi devenue inopportune
Ne joues pas du piano
Sur l’Altiplano ;
Un seul son sorti
De ta flûte de Pan
Et je saurai de qui
Vient ce doux vent !

Dans mes rêves tu es partout,
En Bolivie,
En Asti,
Dans ma vie,
Aux couleurs de Sienne,
Je suis dans la tienne,
Personne ne peut me les arracher,

Sauf à chaque aurore,
Encore et encore,
Je ne me lasse pas,
De suivre ton pas,
En rêve, oui en rêve
Cela m’aide comme une ultime bouée,
Quand mes yeux trop embués
Ne savent plus où nager
Alors dans ma tête je ne peux que voyager.

Personne ne m’a autant manqué,
Personne ne m’a autant aimé,
Et
Personne n’a été autant chéri,
De toi je ne serai jamais guéri,
Et
Si devant ta porte je reste pétrie,
A tout jamais j’en serai repartie.
Mais au moins tu sauras que j’ai essayé,
Et ton amour ne serait plus étayé !
Mais je préfére ne plus penser,
Il sera toujours temps de panser !

Commentaires

Un referencement gratuit sur Google. Site référencé par Aquitaweb